• La Camargue, une nature sauvage à préserver !

    La Provence, dans l’imaginaire français, c’est deux choses : des plages touristiques à n’en plus finir et la quiétude d’un petit village perché sur sa colline, bercé par le chant des cigales. Ces deux côtés d’une même région ne sont pas les seuls. La Camargue est un monde à part, une culture si proche et si différente à la fois…

La cabane de gardian, respectueuse de l’environnement

Il s’agit là du symbole architectural de Camargue, ces petites maisons qui abritaient encore les ouvriers agricoles au début du XXème siècle. Construites en matériaux naturels, elles sont devenues au fil du temps, d’authentiques maisons, confortables même selon nos standards modernes.

Dans un pays qui ne disposait pratiquement pas de pierres, l’usage du bois et du roseau était fondamental. Avec le temps, les techniques ancestrales se sont perdues, mais une poignée d’entreprises conservent intact le savoir-faire de la charpente en bois. Le bois est aujourd’hui un matériel noble, beaucoup plus chaleureux que le béton armé et aux qualités insoupçonnées pour les non-connaisseurs.

Habiter en Camargue, entre ciel, terre et mer

Ce qui était autrefois des maisons de pauvres ouvriers sont devenues aujourd’hui des demeures écologiques et responsables, prisées par ceux qui veulent vivre dans un grand espace, où l’horizon n’est pas coupé par de grandes barres d’immeubles.

Mais la Camargue est en danger. Si le réchauffement climatique continue sur sa lancée, la région sera la première touchée en France, et disparaîtra probablement sous les eaux. Nous n’aurons plus de riz camarguais, plus de grandes promenades à cheval ou de vin des sables, célèbre breuvage que l’on appréciait déjà à Aigues-Mortes au XVème siècle.

En attendant, pour se changer les idées de la Côte-d’Azur et de sa foule, passer un week-end dans une cabane de gardian et tout simplement apprécier l’atmosphère si particulière que l’on peut trouver en Camargue est une chance dont nous pouvons encore profiter.