• Les conditions sont les meilleures pour investir à Marseille

    Alors que les conditions dédiées à l’immobilier sont propices à l’investissement, il est intéressant de se focaliser sur les propositions faites par Marseille. La ville semble bénéficier de quelques améliorations, ce qui est attractif pour une acquisition.

Un repli au niveau des tarifs pour l’année 2016

Si certaines communes de France ne sont pas spécialement conçues pour faciliter l’investissement, ce n’est pas le cas pour Marseille. La ville offre de belles perspectives notamment grâce à des rénovations du côté du centre-ville, de la Belle de Mai ou encore dans les alentours du Vélodrome. Selon une étude, le recul des prix est réel au cours des cinq dernières années puisqu’il est tout de même de 14.7%, ce qui n’est pas négligeable pour les investisseurs qui souhaitent dépenser leurs économies. Si nous nous focalisons uniquement sur la période Janvier/Septembre de 2016, le repli est de 1.1%.

Le m² à Marseille se négocie à 2460 euros pour l’ancien

Les actualités immobilières de Marseille sont donc attractives, elles nous apprennent que le m² aura tendance à se négocier aux alentours de 2460 euros si l’investissement est réalisé dans l’ancien. La situation n’est pas identique pour le neuf surtout dans le domaine du collectif, car les prix affichés sont de l’ordre de 3828 euros le m². Dans ce cas de figure, c’est donc une hausse qui est au rendez-vous, elle est de 0.9% sur une année selon les experts. Les demandes à Marseille sont donc très fortes, le marché local est ainsi prometteur, mais les offres ne seraient malheureusement pas celles escomptées.

L’immobilier est particulièrement prometteur pour Marseille

Les acquéreurs jettent leur dévolu sur les biens immobiliers d’une petite superficie. De ce fait, les transactions concernent essentiellement les deux ou trois pièces, ce qui engendre une nette progression des ventes. Un bond des volumes de 60% a donc été identifié sur ce marché très dynamique. Pour expliquer cet engouement, il suffit de se focaliser sur le quotidien des propriétaires. Ces derniers sont confrontés à des charges relativement faibles alors que ce n’est pas le cas pour les grandes copropriétés qui demandent des investissements colossaux après les acquisitions. En se basant sur les différentes statistiques dévoilées, les acquéreurs déboursent entre 120 000 et 200 000 pour l’achat d’un logement qui n’excède pas les 70 m². Le montant est tout de même un peu plus élevé pour les maisons privées, les dépenses oscillent entre 200 000 et 300 000 euros pour une surface de 110 m².