• La région PACA se dresse contre la SNCF pour les trains

    Alors que Christian Estrosi a fait l’objet de multiples critiques à cause des frais de restauration, il revient sur le devant de la scène en annonçant qu’il avait mis un terme aux négociations avec la SNCF. Cette dernière souhaite qu’une convention soit reconduite, mais la région Provence Alpes Côte d’Azur ne semble pas ravie de cette décision puisqu’elle conteste avec ferveur un devis d’une valeur non négligeable de 291 millions d’euros.

Les TER au centre de la discorde avec la compagnie ferroviaire

Cette situation relativement tendue avec la région PACA n’est pas du goût de la SNCF qui ne peut pas envisager de perdre cette région de France. Lors de sa campagne contre Marion Maréchal Le Pen, il avait insisté sur le fait qu’il souhaitait améliorer les services des TER. Ces trains sont largement prisés tout au long de l’année, mais ils s’avèrent être extrêmement pratiques pendant les mois de Juillet et d’Août. Les touristes peuvent ainsi se déplacer aisément sans débourser des sommes astronomiques. Cela leur donne aussi les moyens de voyager à moindre coût d’une ville à une autre en longeant par exemple la Côte d’Azur, car nombreux sont les touristes qui délaissent leur voiture pendant leurs congés.

Une ouverture à la concurrence déjà programmée pour 2019

Christian Estrosi était donc en plein pourparlers avec la SNCF, mais cette dernière ne semble pas combler ses attentes. L’objet de la discorde s’articule autour d’une convention qui avait été signée il y a une décennie. Comme l’échéance est prévue pour le mois de Décembre prochain, une conversation s’avérait utile. Pourtant, le président de la région PACA a pris une décision lourde de conséquences pour la SNCF puisque les négociations ont été stoppées. Il a même précisé qu’il avait l’intention d’accélérer l’ouverture à la concurrence, cela s’effectuera dans trois ans. Dès 2019, d’autres trains pourraient sillonner les rails du sud de la France. Il a même eu une parole très forte en précisant que cela pourrait être programmé beaucoup plus tôt si l’Etat lui donnait cette autorisation.

La région PACA pourrait faire appel à l’entreprise Thello

Cette précipitation montre à quel point Christian Estrosi ne rejoint pas les décisions de la SNCF. Selon lui, un groupe européen de coopération territoriale serait en train de se mettre en place avec la Ligurie et Monaco. L’objectif premier consisterait à rejoindre les rangs de Thello, qui n’est pas une société choisie à la légère puisqu’il s’agit du concurrent direct de la SNCF. Cette entreprise est déjà au rendez-vous pour plusieurs destinations puisqu’elle effectue les liaisons avec l’Italie depuis la France. En parallèle, le président de la région PACA estime que le train n’est pas non plus une priorité pour d’autres voyageurs qui se dirigent par exemple vers des cars.

Un devis de 291 millions d’euros formellement contesté par Christian Estrosi

Un service de bus à haut niveau pourrait ainsi voir le jour prochainement. Il a aussi l’intention de mettre des bâtons dans les roues de la SNCF en misant sur des lignes spécifiques qui pourraient s’inspirer des chemins de fer de Provence. Cette société a la particularité d’avoir un certain monopole sur le sol français, mais Christian Estrosi souhaite sans doute y mettre un terme notamment pour sa région. Il semble donc très énervé et les internautes se questionnent sans doute sur les raisons. Celles-ci s’articulent autour d’un devis d’une valeur de 291 millions d’euros qui a été réalisé pour cette année.

Les transports seront tout de même assurés

Toutefois, il estime que 36 millions d’euros sont en supplément, car il ne faut pas oublier que 86 trains ont été en panne de conducteur, annulés ou en grève selon lui. La région PACA a pris la décision de payer uniquement ce qu’elle doit. De ce fait, un budget pour 2016 sera réalisé le 3 Novembre prochain, il fera aussi l’objet d’une étude des élus. Certains voyageurs pourraient être envahis par une dose de panique en pensant que ces différends pourraient nuire au bon fonctionnement des trains. Monsieur Estrosi a insisté sur le fait que les liaisons seraient opérationnelles, les transports seront donc assurés malgré cette tension relativement importante.

La SNCF reconnait des problèmes

Ce n’est pas la première qu’une telle discordance est identifiée avec la SNCF puisque la région Auvergne Rhône Alpes a elle aussi quelques griefs contre cette entreprise. Elles souhaitent imposer des pénalités, car de nombreux voyageurs se sont retrouvés dans une situation particulièrement difficile à cause des suppressions de TER, mais il y a également eu des problèmes sur les rails ainsi qu’un manque de conducteurs. Le président de la SNCF a pu sortir de son silence afin d’exprimer son ressenti, il assure que les problèmes sont connus. Cette reconnaissance avait déjà été faite en Mars dernier.