• Le tourisme de masse épuise la mer Méditerranée

    La Provence Alpes Côte d’Azur reste une destination très appréciée grâce à des villes captivantes comme Marseille, Nice, Saint-Tropez ou encore Cannes. Vous pourrez donc découvrir les joies du sud de la France, mais malheureusement le sud est souvent malmené.

Le tourisme de masse prendra de plus en plus d’ampleur dans les prochaines années

Ce sont pratiquement 500 millions de touristes qui rejoindront les plages de la région PACA dans les prochaines années. Les répercussions sur l’écosystème seront très importantes, ce qui occasionnera des dégâts au niveau de la faune et de la flore. Les défenseurs de la nature tentent de tirer la sonnette d’alarme notamment pour alerter les autorités compétentes. Les statistiques dévoilées sur Internet montrent que le tourisme de masse va sans aucun doute exploser dans les prochaines années.

La pollution liée au tourisme est très néfaste pour toutes les espèces

La mer Méditerranée est donc en souffrance puisque les associations ont constaté que 41 % des mammifères avaient pratiquement disparu, mais ce ne sont pas les seuls. Cette situation concerne également près de 34 % des poissons et la moitié des requins. Les touristes sont principalement la cause de ce désagrément qui pourrait largement prendre de l’ampleur si aucune précaution n’est prise. En effet, la pollution est beaucoup plus importante alors que les constructions empiètent sur le bord de mer. Le développement agressif de l’urbanisation n’est pas sans conséquence sur l’écosystème.

Les associations s’inquiètent de plus en plus

En parallèle, la mer Méditerranée est également frappée de plein fouet par la pêche qui n’est pas maîtrisée. Ce sont donc de nombreuses espèces qui sont en survie, car la surpêche est une réalité. Il est judicieux de prendre les précautions nécessaires pour que les répercussions ne soient pas aussi néfastes sur la nature. Pourtant, les autorités compétentes veulent absolument développer le tourisme même si cela présente un coût certain pour l’environnement. Les associations sont donc de plus en plus inquiètes au vu de la situation.