• Le Vaucluse affiche une baisse flagrante au niveau la fréquentation

    Le sud de la France a été impacté l’année dernière, cela a donc eu une répercussion sur les réservations. Le tourisme a de ce fait subi une lourde perte notamment dans le Vaucluse, qui reste la zone la plus touchée par cette chute fulgurante.

Les hôtels sont face à une concurrence importante et à une baisse de la fréquentation

Les Français ont choisi une autre destination pour leurs vacances, mais ils n’ont pas été les seuls, car les étrangers ont agi de la même façon. Généralement, la région Provence Alpes Côte d’Azur attire les Américains qui ont préféré reporter leur séjour, voire l’annuler. Les hôteliers ont été face à une situation extrêmement critique puisque cette baisse de la fréquentation touristique a eu un impact sur le chiffre d’affaires. Le Vaucluse a donc traversé une période complexe alors que les professionnels sont déjà concurrencés par des plateformes spécifiques comme celles déployées par Airbnb.

La fin 2016 n’a pas été très réjouissante pour le Vaucluse

Il est donc l’heure de faire les comptes pour cette année 2016, elle est à l’origine d’une chute de pratiquement 30 % dans le Vaucluse. Les acteurs de ce secteur espèrent que la situation sera meilleure en 2017. Ils sont nombreux à préparer la prochaine saison, mais le président de l’Union des métiers et industries de l’hôtellerie (UMIH 84) a partagé une déclaration glaçante.
Le mois d’Août a été catastrophique, la fin de l’année aussi.

La France nécessite une politique touristique dynamique

Toutefois, les professionnels ont pu sauver légèrement la saison grâce au Tour de France. Les coureurs ont eu l’occasion de passer autour du Ventoux, les spectateurs étaient nombreux à les applaudir. Si certains acteurs pensaient que la seconde partie de l’année serait réjouissante, ils se trompaient. Selon cette étude, la chute a tout de même été de 7 % pour les nuitées. Par conséquent, la profession traverse une période difficile. Toutefois, les drames ne seraient pas les seuls à être à l’origine de ce désastre, car le président de l’UMIH 84 estime que la France a besoin d’une véritable politique touristique. Celle mise en place n’est pas assez incitative que ce soit pour les habitants ou les étrangers.