• Les autorités marseillaises déclarent la guerre aux goélands

    Les goélands ne sont pas les bienvenus dans les Bouches-du-Rhône, un arrêté a donc été signé notamment pour lutter contre leur présence. Les autorités ont donné leur accord pour que l’euthanasie soit envisagée. Cela est le fruit de plusieurs plaintes enregistrées par cette ville de la région PACA.

Un arrêté préfectoral rend désormais l’euthanasie des goélands possible

Les touristes sont toujours enthousiasmés à l’idée de contempler ces goélands qui sont visibles dans une bonne partie du sud de la France. Toutefois, à Marseille, ils sont invités à quitter le territoire au plus vite. C’est la préfecture des Bouches-du-Rhône qui a partagé son accord visant à euthanasier s’il le fallait ces volatiles. Les défenseurs des animaux vont sans doute exprimer leur colère rapidement via les médias ou sur la toile, mais l’arrêté mentionne un comportement inquiétant notamment dans cette quête de nourriture. Ce sont les services municipaux qui ont donc la lourde tâche de procéder à cette surveillance.

Un oiseau marin qui aurait tendance à développer un comportement agressif

Il faut noter que les goélands sont attirés par les déchets qu’is soient industriels ou ménagers. Plusieurs mesures seront ainsi prises au cours de cette guerre puisqu’il sera possible d’entraver la nidification. Dans certains contextes, les volatiles peuvent aussi être tués, mais cela concerne uniquement une poignée de situations. Si les services découvrent un goéland blessé ou dans l’incapacité de voler, ils auront l’aval de la préfecture des Bouches-du-Rhône pour le tuer. Si les visiteurs aiment les contempler, les autorités marseillaises sont toutefois beaucoup moins enthousiasmées, car elles motivent cette décision à cause de
Sa présence envahissante sur la ville, assortie d’un comportement territorial très affirmé.

Les habitants de Marseille auraient fait part de leur mécontentement via un service de la ville

Sur Internet, quelques vidéos circulent et montrent parfois l’agressivité des goélands. Ces derniers n’hésitent pas à se défendre lorsque la situation le demande. Certains touristes un peu trop curieux ont d’ailleurs subi quelques attaques. Certains pourraient se questionner sur les raisons pour lesquelles cet arrêté a été partagé. La ville de Marseille via son service d’accueil a eu l’occasion de rassembler de nombreuses plaintes d’administrés. Elle a donc décidé de renouveler cette chasse.