• L’emploi lié au tourisme a tendance à peser 5.2%

    Lorsque l’on parle de la Provence-Alpes-Côte-d’Azur, nous avons tendance à nous focaliser exclusivement sur l’activité touristique en elle-même. Toutefois, cette dernière existe, car des emplois ont été créés auparavant. Cela s’avère être très intéressant pour la région qui obtient un certain dynamisme. C’est aussi un repaire pour tous les étudiants qui souhaitent jouir d’un emploi saisonnier afin de payer leurs frais de scolarité.

L’affluence en région PACA diminue pendant l’hiver

Le Conseil départemental des Hautes-Alpes de Gap a permis de dévoiler une enquête notamment réalisée par l’INSEE. Cet institut a collaboré avec le Commissariat général à l’égalité des territoires. Ils se sont ainsi focalisés sur plusieurs espaces de la région PACA pour jauger l’impact de l’emploi dans cette zone qui est fortement marquée par le tourisme. Au cours de l’été, l’affluence sur les plages est extrêmement importante, mais les consommateurs ont tendance ensuite à migrer du côté de Rhône-Alpes pendant l’hiver pour savourer les joies de la glisse. De ce fait, cette région formée avec l’Auvergne a également été au centre des attentions.

Un emploi touristique qui n’est pas similaire tout au long de l’année

Le tourisme permet tout de même de créer 40 500 emplois saisonniers, mais, pour la région PACA, il représente 5.2%. Ces différents espaces ont la chance de jouir d’un massif montagneux très appréciable, cela permet aux clients de se rendre assez facilement dans les stations de ski. Ces dernières ont étoffé leur offre en proposant à côté tous les services susceptibles de combler les attentes comme des soins dédiés à la détente, une piscine, une patinoire... Tous les divertissements sont ainsi déployés pour attirer le regard des consommateurs. Par conséquent, il n’est pas surprenant de constater que l’emploi touristique est extrêmement élevé dès Janvier et jusqu’au mois de Mars.

De véritables disparités entre les territoires français

C’est un pourcentage de 35% qui a été identifié par les auteurs de l’étude, il est donc assez proche de celui répertorié pour l’été (Juillet/Août) qui met en avant 38%. Toutefois, il est judicieux de noter que le dynamisme dans ces espaces valléens est hétérogène. Certaines zones de la région PACA ont la chance de proposer un chiffre d’affaires sympathique dès que les belles journées sont au programme. Par contre, lorsque l’arrière-saison montre le bout son nez, c’est une chute considérable qui est observée. Cela est aussi valable pour le Verdon, qui souffre d’un emploi touristique particulièrement inexistant pendant l’hiver. A contrario, le Queyras-Guillestrois dessine un contexte inverse puisqu’il a pu tirer profit de toutes les saisons.

Les élus doivent développer les territoires pour qu’ils ne soient pas trop dépendants

Il existe peu de départements qui réussissent à jongler sur les deux tableaux avec une belle saison touristique en été et en hiver. Ce sont généralement les stations de ski qui s’offrent un tel concept, car les activités sont adaptées. Les clients savourent les plaisirs de la glisse en Janvier et participent pleinement aux randonnées pédestres dès le printemps. Cette étude sur l’emploi permet aux régions de tirer plusieurs enseignements afin de rendre des secteurs beaucoup plus dynamiques. Les élus sont ainsi invités à procéder à un véritable aménagement du territoire pour que le développement économique soit au rendez-vous. Les auteurs de l’enquête estiment que des zones ne doivent pas être trop dépendantes du tourisme qui est relativement aléatoire. Cet été 2016 a mis en avant une baisse de régime dans le sud de la France sans doute à cause des tragiques évènements. Les territoires qui se retrouvent dans cette situation doivent donc se développer pour que le chiffre d’affaires ne soit pas réalisé que sur une seule partie de l’année.