• L’emploi dans la région PACA ne comble pas les attentes

    Les habitants attendent généralement avec impatience les statistiques liées au chômage notamment pour savoir si la région sera au cœur d’une belle reprise. Toutefois, les chiffres partagés par l’Insee ne sont pas très enthousiasmants, ils sont même inquiétants.

C’est un taux de 11.3 % qui est désormais en vigueur pour le sud de la France

La Provence Alpes Côte d’Azur permet de créer plusieurs emplois au cours de l’été grâce au travail des saisonniers, mais en prenant un peu de recul sur cette situation, nous constatons que les statistiques ne sont pas réjouissantes. Le dernier trimestre est à l’origine d’une hausse préoccupante. Le taux de chômage a donc atteint 11.3 % pour cette fin d’année 2016 alors qu’une bonne nouvelle avait rythmé la première partie. Deux trimestres avaient dévoilé une baisse puisque la croissance semblait être au rendez-vous.

La région avait été à l’origine de la création de 29 500 emplois en 2016

Même le préfet de la région Provence Alpes Côte d’Azur semblait être très enthousiasmé. Stéphane Bouillon révélait lors de ses vœux que le sud de la France présentait le niveau de chômage le plus faible depuis quatre ans. Il attendait donc les nouvelles statistiques avec une grande ferveur, mais il a malheureusement accusé le coup. Si les habitants ainsi que les autorités compétentes pensaient que la croissance serait à nouveau au rendez-vous, ils se trompaient. De plus, le préfet précisait que 29 500 emplois avaient été créés en 2016, mais cela ne fut pas suffisant pour combler cette perte de vitesse.

Au cours de l’été, la courbe du taux de chômage a subi un changement

L’Insee s’est focalisé sur les différents départements qui dévoilent aussi une hausse du chômage. Elle est donc de 0.3 % pour les Alpes-de-Haute-Provence, 0.2 % pour les Hautes-Alpes et c’est une augmentation de 0.3 point qui a été enregistrée du côté du Vaucluse. Certains professionnels dont les auteurs de cette étude tentent de comprendre les raisons pour lesquelles ce revirement de situation a eu lieu. L’institut estime qu’un problème est survenu au cours de l’été puisque la situation s’est largement dégradée pendant cette période. Ce sont surtout les catégories B et C qui ont commencé à décliner il y a quelques mois.