• La région PACA a décidé d’accueillir plusieurs centaines de migrants

    La « Jungle » de Calais a été bouleversée par une évacuation massive. Les migrants ont eu la possibilité de rejoindre des bus afin d’être dispatchés dans les différentes régions de France. La Provence Alpes Côte d’Azur a fait le choix d’accueillir 500 individus.

19 locaux ont été préparés dans plusieurs départements de PACA

Impossible de faire l’impasse sur cette actualité qui a chamboulé la fin du mois d’Octobre. Le gouvernement a pris la décision d’évacuer les migrants qui avaient construit une véritable « Jungle » aux alentours de Calais. Les habitants sont sans doute heureux de constater que la tranquillité pourra peut-être faire son retour. En ce qui concerne leur avenir, il est encore incertain puisque les migrants ont dans un premier temps été envoyés dans des centres d’accueil. La région Provence Alpes Côte d’Azur a préparé 19 locaux qui serviront à les orienter et à les épauler dans les diverses formalités.

488 personnes ont été envoyées en Provence Alpes Côte d’Azur

Le préfet a pris la parole en précisant que ce sont exactement 488 migrants qui seront accueillis dans la région dont 200 qui rejoindront le Var alors que 130 personnes seront envoyées dans le Vaucluse. Ils seront aussi une centaine dans les Alpes de Haute Provence et dans les Hautes Alpes. Il est important de spécifier que les Alpes Maritimes sont déjà dans un contexte très difficile à cause de la frontière qui facilite le flux migratoire. Par conséquent, il n’y aura aucun centre d’accueil prévu dans cette zone. Cette venue ne fait toutefois pas l’unanimité auprès des habitants et de certains hommes politiques. Christian Estrosi s’est fortement opposé à cette répartition des quotas dans sa région.

Les communes de la région n’ont pas partagé leur désaccord concernant cette mesure

Il a de ce fait demandé à la Grande-Bretagne de prendre ses responsabilités dans ce dossier afin que les migrants soient envoyés dans ce pays, car pour l’instant ils s’amassent tous en France dans l’attente d’un avenir meilleur. Dans un communiqué, le soutien de Nicolas Sarkozy a d’ailleurs rappelé qu’il n’était pas en accord avec cette décision, il précise qu’il s’agit d’un « choix de la facilité que fait là le gouvernement ». François Hollande est donc vivement critiqué, pour Christian Estrosi la région Provence Alpes Côte d’Azur aura le droit à ses propres « micro-jungles ». Il est important de rappeler que les maires des différentes communes concernées n’ont pas fait part de leur opposition lorsque le projet d’accueil a été mis en avant. De ce fait, le préfet des Hautes-Alpes a insisté sur le fait qu’il n’a rien imposé aux élus. Si ces derniers n’avaient pas été d’accord, il ne les aurait pas forcés.